Soyez transporté dans la galaxie de Pégase, 24 ans après l'arrivée des Terriens dans la cité mythique.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dankrad Njall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dankrad NJALL
Extra-Terreste
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Dankrad Njall   Sam 18 Oct - 10:46

Nom : Njall
Prénom : Dankrad
Age : 24 ans
Planète d'origine : Edowin (un planète au dessus de laquelle deux vaisseau ruche Wraith, s'entredétruisirent, il y a environ 24 ans)
Pouvoir : intelligence exceptionnelle depuis son entrée dans le bunker des
anciens.
Signe(s) particulier(s) : tatouage tribal sur toute la moitié droite de son corps
Compétence(s) : Connaissance de l'histoire des anciens et de leurs technologies, méditation

Histoire :

Dankrad pris place au milieu de ces gens avec lesquels il avait fait connaissance il y a peu de temps. Il s'assit, rejetant en arrière la longue cape qui descendait jusqu'à ces pieds. Elle était d'un blanc éclatant seulement maculé par les lignes bleue roi qui formait sur son dos des dessins étranges et bordé par une frise géométrique jaune et bleue. Une fois Dankrad assit, ses nouveaux compagnons purent voir son pantalon du même bleu que les courbes de sa cape. Son torse était couvert par un gilet en toile épaisse du même jaune épais que le centre des œufs frais. Ce gilet sans manche, découvrait les tatouages qui recouvraient tout son bras droit de lignes similaires à celles qui courraient sur sa cape. Dankrad pris lors la parole et commença son histoire:

" Je suis né il y a de ça vingt quatre ans dans un petit village de la planète Edowin. Je ne sais pas encore si cela devait être signe d'une bénédiction, d'une malédiction ou d'un simple hasard, mais le même jour une immense explosion enflamma les nuages, couvrant d'un bruit sourd le chant des oiseaux qui constituent habituellement à un telle période de l'année le fond sonore constant des environs de notre village. Ce jour là, mon père, Edwulf Eskil, m'aida à m'extraire du ventre de ma mère Frigga Njall. Ce fut certainement le moment de ma vie où je fut le plus proche de lui. En effet comme nous n'appartenons pas à la même lignée maternelle, nous n'avons par la suite pas habité au même endroit. Pendant les premières années de ma vie, je fut élevé par ma mère et sa sœur Grimhilde. Dés mes premiers mois, elles m'emmenèrent avec elles surveiller les troupeaux de ma grand mère, Brunhilde. C'est elle la plus ancienne femme de ma ligné et tout lui appartient donc. Quand j'étais jeune, on possédait trois vaches et une vingtaines de chèvres afin de fournir le lait nécessaire à la consommation de la famille et à la confection des fromages. Dans la cour de la maison, il y avait aussi un poulailler avec une vingtaine de poules qui nous fournissait chaque jour les œufs dont nous avions besoin et nous en faisions une grande consommation.
En effet, tous les matins je buvais un ou deux œufs crus battus, chose qui même si son apparence n'est pas des plus attirant a vraiment bon goût. Au milieu de la journée, nous mangions généralement juste quelques galette de céréales frites et un morceau de fromage sans quitter les pâturages où nos roupeaux paissaient. Alors qu'en début de soirée, juste après être retourné à la maison, nous mangions un plat complet comprenant différentes sortes de fèves et de haricots ainsi que des légumes de saison. Il était parfois accompagné de sauces à base d'œufs ou de produits laitiers. Après quoi, nous nous réunissions autour de grand mère qui nous racontait des histoires autour de la cheminée pendant que nous mangions des fruits et que chacun apportait sa pierre à l'édifice de tâche comme la couture ou la
vannerie. Quand j'eus atteins l'age de neuf ans, je rejoignit les hommes de la maisonnée, les deux jeunes frères de ma mère : Baldrik et Detlef. Avec eux, j'appris à m'occuper des champs. Les travaux des champs ,parce qu'ils était plus dur physiquement que la surveillance des bêtes, étaient en effet l'affaire des hommes.

Après mon douzième anniversaire, je dut quitter le doux cocon familial pour me préparer à entrer en tant que homme à part entière dans la société. Les tatouages que vous apercevez sur mon bras droit furent dessinés à cette époque. L'incorporation du pigment par le biais de peignes en os très aiguisés ne fut pas sans douleur, mais aucune larme n'humidifia mes yeux et aucun cris ne sortit de ma bouche, comme il se doit pour un homme de notre civilisation. Dés que le derniers centimètre carré de pigment fut définitivement fixé sur ma peau, je fut envoyé dans l'un des sanctuaires que ceux de ma tribus appellent « sanctuaires des ancêtres » mais dont je pense qu'il serait plus juste de les appeler «sanctuaires des anciens » quoique le sens en définitive ne soit pas très différent. Je fut donc conduit, par ma mère et ses frères ainsi que par le grand prêtre, jusqu'à l'une de ces constructions hémisphériques à moitié enterrées dans le sol et où on ne peut entrer que par une porte circulaire qui s'ouvre au sommet. J'entrais donc dans la salle hémisphérique qui s'ouvrait sous la trappe. Les murs et le sol étaient fait d'une matière étrange, une sorte de métal que je n'avais jamais vu et une lumière bleue diffuse émanait d'une espèce de table qui siégeait au centre de la pièce. Le grand prêtre m'avait
expliqué qu'il fallait que je reproduise avec l'aide de cette table le motif qui était gravé sur l'unique porte de la salle afin d'en activer l'ouverture et ce exactement cinq jours après être entré. Je n'avais avec moi rien d'autre qu'une gourde d'eau creusée dans une calebasse creusée et je n'avais aucun moyen d'avoir quelque chose d'autre. Je passai la première nuit à observer la table centrale et le motif de la porte et je n'eut pas besoin de plus de temps pour comprendre comment fonctionnaient ces cubes qui bougeaient chacun indépendamment mais qu'on ne pouvait déplacer. On ne pouvait qu'incliner le tableau de la table et ainsi faire se déplacer toutes dans la même direction, sachant que les cubes qui se déplaçaient effectivement tournaient modifiant ainsi la face qu'ils présentaient.
Après avoir réfléchi pendant quelques heures à ce que voulait faire de ma vie et à ce qui était bon et mauvais dans le monde qui m'entouraient comme j'étais sensé le faire pendant cinq jours, cela commença à me lasser. J'entrepris alors d'observer alors avec attention les multiples gravures qui décoraient les murs du sanctuaire. Je compris vite que les lignes qui avaient été tracées sur les parois métallique n'étaient pas simplement décoratives, cela ressemblait à une sorte d'écriture mais je ne parvenait à pas à en saisir le sens. Les motifs qui m'intriguèrent le plus furent ceux sur le tour de la table aux cubes. En effet ils semblaient former un plan. Sur un des cotés, on retrouvait le symbole de la trappe au centre d'un cercle duquel partait ce qui semblait être un couloir. J'ai rapidement fait l'hypothèse qu'il s'agissait d'un plan, d'une carte. Cependant je ne voyait de porte dans la salle où je me trouvait qui pouvait donner sur le couloir qui était indiqué sur les parois de la table. En regardant de plus près les motifs sur le mur à travers il me semblait que devait être positionné le passage vers le couloir, je découvris un dessin qui m'apparut comme reproductible avec les cubes de la table. Après plusieurs tentative je parvint à reproduire ce motifs en inclinant la tables successivement dans plusieurs direction dans un ordre réfléchi. Le pan de mur sur lequel j'avais observé le motifs s'enfonça alors d'une dizaine de centimètres et coulissa latéralement à travers la paroi. Je m'avançait alors dans le couloir qui s'était ouvert à moi, après un petit centaine de mètres, j'arrivai dans une salle cylindrique au plafond très haut. Ne sachant plus que faire, je m'arrêtai un instant au centre de la pièce pour admirer la perfection de la construction et la dalle centrale sur laquelle je m'étais arrêter sans y faire vraiment attention, commença alors à descendre vers les profondeurs des souterrains, tout d'abord lentement et en accélérant petit à petit.
L'ascenseur s'arrêta une centaine de mètre plus bas, posé sur une minuscule plateforme rocheuse au centre d'une immense grotte. En face de moi, de l'autre coté de la fosse dont je ne voyais pas le fond et qui entourait la petite plateforme sur laquelle j'étais, j'aperçus une ouverture, un couloir d'où émanait une lumière bleuté rassurante. Je senti au fond de moi qu'il fallait que j'y aille mais il n'y avait aucun pont et j'avais aucunement envie de mourir au fond de ce gouffre sans fond. C'est alors que j'entendis une voix qui me parlait à l'intérieur de moi même, elle me disait :

« Seule ta peur t'empêche de franchir la distance qui te sépare de la porte. Surmonte ta peur et dompte tes émotions et tu ne risquera rien. »

Je ne compris pas tout de suite ce que cette voix voulais dire, ni d'où elle venait. Mais après quelques minutes à essayer de trouver une solution, ce message pris tout son sens, je regardai alors tout droit en direction du couloir qui s'ouvrait de l'autre coté de la fosse et, enterrant mes craintes au plus profond de moi, je m'élançai droit devant moi et, contrairement à tout ce que j'avais pensé, je sentis quelque chose de dur sous mes pieds, ne voulant pas prendre de risque, je ne pris pas le temps de regarder sous mes pieds pour voir si je voyais un quelconque support et je continuai jusqu'à l'entrée du couloir bleuté. En me retournant, je découvris alors sur quoi j'avais marcher pour traverser la fosse, il s'agissait en fait d'un pont peint en trompe l'oeil qui était surement présent depuis mon arrivé mais que je n'avais pu distingué de la noirceur de la fosse sans fin.
En avançant à travers les couloirs de cette structure souterraine, je rempli ensuite plusieurs autres épreuves, certaines testèrent les capacités de mon esprit et d'autre son contrôle sur mon corps et mes émotions. Au bout d'une dizaines d'épreuves, j'arrivai face à l'image d'un homme brun vêtu d'une longue robe d'un gris argenté qui s'adressa à moi. Il m'expliqua alors que je venais d'atteindre le cœur du bunker des anciens. Ce bunker, créé par ses semblables pour protéger leur connaissance des Wraith et pour servir de refuge face à leurs attaques, avait été laissé en l'état pour être utilisé par les habitants d'Edowin lorsqu'il seraient prêt à assumer les connaissances qui s'y trouvaient. Il m'expliqua aussi que la façon dont j'avais surmonté les épreuves qui m'avaient permis d'arriver jusqu'ici, garantissait le fait que je soit près. Une lumière bleue intense emplie la pièce et l'hologramme disparut. Après avoir ressenti un petit chatouillement dans tout mon corps, je repris mes esprits. Je me sentait à la fois entièrement différents de ce que j'étais quelques instants auparavant sans être pour autant un autre. J'étais moi même, mais en mieux, encore plus moi-même qu'avant. Tout me semblait alors plus limpide, comme si mon esprit était plus vif et plus rapide, plus aiguisé. Je me sentait aussi entièrement en paix avec moi-même et avec le monde. Après le flash de lumière, une porte s'était ouverte face à moi et donnait sur une immense salle.
Dans cette salle, s'entassait un nombre assez impressionnant de caisses et de plusieurs écrans tactiles fixée au mur devant lesquels se trouvaient des consoles. J'ai passé plusieurs jours à étudier le contenu des caisses. J'y trouvait toutes sortes d'objet, comme des champs de force personnels, des senseurs biométriques et des armes de points. Mais le plus intéressant furent les informations que je trouvai dans les bases de données auxquelles j'avais accès via les ordinateurs. J'appris de nombreuses choses sur les Anciens, notamment qu'ils étaient venu d'une autre galaxie et que c'était eux qui avaient semé la vie humaine sur la plupart des planètes de la galaxie de Pégase. J'appris aussi quelques détails sur leur guerre contre les Wraith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dankrad NJALL
Extra-Terreste
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: Dankrad Njall   Sam 18 Oct - 10:51

Au bout d'une dizaine de jours que j'étais dans cette salle dans laquelle j'avais appris tant de chose, la faim me rappela à la réalité et me tira vers la sortie. Je ne compris pas comment, mais une fois que je retraversait la porte qui fermait la salle de l'hologramme, je me retrouvait directement dans la salle cylindrique d'où j'étais descendu vers la grotte avec l'ascenseur spécial. J'avais emporté avec moi une petite arme de poing capable de rendre quelqu'un inconscient par une décharge énergique.

Une fois de retour la salle hémisphérique où j'étais sensé rester pendant mon initiation, je reproduit rapidement le motif de la porte sur la table aux cubes. Je rentrait alors de retourner jusqu'au village. En chemin je croisais un de mes anciens ami, qui s'enfuit vers le village en m'apercevant. Ne comprenant pas exactement ce qui se passai, je continuai d'avancer à la même vitesse. Une fois arrivé dans le village, les autres personnes se cachèrent à mon arrivée, jusqu'à ce que le grand Prêtre et quelques un des hommes les plus baraques du village me fissent face. Après m'avoir posé de nombreuses questions afin de vérifier qu'il s'agissait de moi et m'avoir couper pour vérifier que saignait bien, je fut amener dans la maison du grand prêtre. Celui-ci m'expliqua alors la raison de leur conduite si bizarre. En effet au bout des cinq jours traditionnels, ils étaient venu me chercher dans le sanctuaire, bien que très étonné que je n'eusse pas réussi à trouver seul le mécanisme d'ouverture de la trappe. Et malgré le fait que le trappe soit fermé, il ne m'ont pas vu dans la salle hémisphérique. Cela leur semblait déjà étrange, mais ils ont tout d'abords supposer que j'étais sortit en avance du bunker et que j'avais refermé la porte derrière moi et j'étais partit dans la forêt voisine, des recherches avaient alors été menées pendant plusieurs jours, jusqu'à ce qu'hier, le grand prêtre décide de mettre fin à ces recherches qui n'avait pratiquement plus aucune chance d'aboutir.
Je racontai alors toute mon aventure souterraine au grand prêtre en lui offrant l'arme de poing que j'avais ramenée de mon expédition. Celui fit alors un discours en public pour expliciter la situation et montra à tous l'arme que je lui avais donné. Les frères de ma mère, Detlef et Baldrik réclamèrent l'objet, disant que c'était moi qui l'avait trouvé et qu'elle revenait donc à notre matrilignée. La situation dégénéra alors rapidement, l'ensemble de la population se scindant entre supporters du grand prêtre et des frère de ma mère. Finalement, l'arme fut détruite dans la bagarre générale et le village se calma petit à petit et la vie repris tout doucement son cours. Cependant je fus choisi par le grand prêtre pour être son apprenti. Il voulait que je le conduise dans le bunker afin qu'il puisse le voir de ses propres yeux.
Après quelques jours chez le grand prêtre durant lesquels je repris le poids que j'avais perdu dans le bunker, j'amenai le grand prêtre jusqu'au sanctuaire. Je lui ouvrit le passage dans le mur et l'amenai jusqu'à la salle de l'ascenseur. Mais quelque chose que je n'avais pas prévu se passa alors, alors que lui descendait normalement comme je l'avais fait la première fois, je fut téléporté directement dans la salle de l'hologramme. Je retournai alors directement en arrière et je vis le grand prêtre revenir aussi quelques instants après, complètement effrayé. Il n'avait pas réussi à traversé le grand gouffre et était tombé dans le vide après quoi il s'était retrouvé téléporté devant moi dans la salle de l'ascenseur. Après plusieurs essais tout aussi infructueux, l'idée de pénétrer dans le bunker quitta le grand prêtre, quant à moi j'étais devenu officiellement son apprenti. En réalité la situation était bien plus complexe puisqu'il apprenait au moins autant de moi que j'apprenais de lui. Grâce à mon séjour au bunker, et à tout ceux que je faisait la nuit aussi souvent que je le pouvais, j'avais une connaissance de l'histoire et de des anciens qui surpassait de loin celle du grand prêtre et quand il m'apprenait les légendes et les rites traditionnels de notre civilisation, je lui en expliquai le sens profond en relation avec le but qu'avait les anciens quand ils les ont encouragés.

Plusieurs années s'écoulèrent ainsi sans grand bouleversement, je passais mes journée auprès du grand prêtre pour apprendre tout ce qu'il me fallait pour prendre un jour sa succession. Mes nuits, elles, étaient consacrées à l'étude de ce qui se trouvaient dans la partie souterraine du sanctuaire des anciens. Le dilemme qui se présentait à moi était complexe, je voulais absolument donner accès aux gens de mon peuple à cet endroit protecteur mais je savais que s'ils avaient accès aux technologies qui s'y trouvaient, ils se détruiraient eux-même. J'entrepris alors de transférer tous les objets qui se trouvaient dans la grande pièce centrale vers des salles de stockage annexes que je verrouillais ensuite.
Il y a de cela à peine quelques jours alors que je ressortais du bunker après avoir terminé le rangement et que je m'apprêtais à faire découvrir à mon peuple se refuge inviolable que nous offraient les anciens, je découvris une horreur sans nom. Pendant que j'étais en train de déplacer les derniers objets, une attaque des Wraith avait eu lieu. Au fond du bunker je n'avais rien entendu, mais mon village avait été complètement dévasté et tous ses habitants massacrés. Il me fallut plusieurs heures entre le moment où je découvris le carnage et celui je pus reprendre le contrôle sur moi même et arrêter de me lamenter. J'entrepris alors d'enterrer les morts, puis je m'enfermai dans le bunker à parcourir les bases de données anciennes. Dans ces bases de données, j'ai découvert l'existence de la cité d'Atlantis ainsi que ses coordonnées. N'ayant plus rien a faire sur Edowin, je me dit que là-bas je pourrais peut-être avoir une certaines utilité pour lutter contre ceux qui avaient détruit mon histoire et mon passé."

Voici donc la version complète de mon histoire, mon premier post dans le jeu viendra d'ici peu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dankrad Njall
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Njall, le Marcheur du Nord [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stargate Atlantis - The New Generation :: Hors Jeu :: Personnages-
Sauter vers: